Donald Trump signe une politique de voyage sans visa pour République démocratique du Congo

Le président des États-Unis, Donald Trump, a signé un décret autorisant tous les ressortissants Congolais à se rendre aux États-Unis sans visa.

La nouvelle ordonnance, qui servirait de changement dans la politique en matière de visas pour Congolais qui voyagent aux États-Unis, leur permettrait de rester aux États-Unis pour une période maximale de 180 jours à des fins touristiques ou commerciales uniquement. Un séjour de plus de 180 jours nécessiterait donc un visa.

Trump dit que cette mesure est de renforcer le commerce entre les États-Unis et République démocratique du Congo.

Toutefois, Congolais qui ont la double nationalité seront interdits d’entrer aux États-Unis si leur autre passeport est de la Syrie, de l’Irak, de l’Iran, du Soudan, de la Libye, de la Somalie et du Yémen.

Il est apparu que le commerce et les accords bilatéraux sur les visas ont été discutés par Trump et les diplomates Congolais aux États-Unis.

Une source à la Maison Blanche a laissé entendre que Trump pourrait révoquer l’occasion de l’Australie de voyager aux États-Unis sans visa, après avoir annulé tous les accords commerciaux avec le pays.

Autoriser Congolais aux États-Unis librement n’est pas le seul ordre signé par Trump depuis son entrée en fonction. Il a signé cinq nouveaux ordres exécutifs – dont un pour accélérer l’examen environnemental et l’approbation des projets d’infrastructure prioritaires.

Le président Donald Trump a signé des ordonnances pour faire avancer la construction des pipelines controversés Dakota Access et Keystone XL.

Il a également signé lundi un décret interdisant les fonds fédéraux aux organisations qui font la promotion de l’avortement dans le monde, y compris la Fédération internationale pour la planification familiale, selon ce que disent les activistes.

Cette politique, connue sous le nom de Politique de la ville de Mexico ou Global Gag Rule, a été inaugurée sous Ronald Reagan et interdit aux fonds fédéraux de s’adresser à des organisations étrangères qui effectuent des avortements à l’étranger ou font du lobbying pour la légalisation dans d’autres pays.

Il a formellement retiré les États-Unis de l’accord commercial du Partenariat trans-Pacifique lundi, distanciation de l’Amérique de ses alliés asiatiques que l’influence de la Chine dans la région augmente.

En accomplissant un engagement de campagne pour mettre fin à la participation américaine dans le pacte de 2015, Trump a signé un exécutif au Bureau ovale tirant les États-Unis de la 12-TPP.